Objectifs & Kohérance

Objectifs & Kohérance assure le coaching de prise de poste, d’orientation et d’organisation en France.

COACHING ''l'Approche Centrée sur la Solution

  • Flash Coaching (15 mn pour prendre vos décisions)
  • Coaching de Prise de poste
  • Coaching d’Orientation
  • Coaching d’équipes et d’ organisations pour développer l’ intelligence collective,

''l'Approche Centrée sur la Solution'' : prémisses & postulats de Steve de Shazer

Une démarche simple et pragmatique à acquérir. L’approche Orientation Solutions a été développée par Steve de Shazer puis amplifiée par Bill O’Hanlon, Bob Bertolino et Scott Miller. L’accompagnement de «collaboration» ou comment élaborer avec le client des indicateurs de changement, utiliser le «langage du Possible» pour provoquer le changement puis l’amplifier.

LES PREMISSES

1/ Si ce n’est pas cassé, ne réparez pas

Si quelque chose n’est pas un problème pour un client et si, de ce fait même, il ne s’en plaint pas, alors – que le thérapeute ou la société voie dans cette chose un problème évident – cela n’est pas l’affaire du thérapeute.

2/ Une fois que vous savez ce qui marche, faites-le plus

Il y a des périodes où les choses en général vont bien, étant donné les conditions de vie du client. Ce que le client fait au cours de ces périodes exceptionnelles est précisément ce qu’il a besoin de faire davantage : autrement dit, il doit continuer à faire ce qui marche.

Si ce que l’on a fait dans la séance précédente était efficace de l’avis du client, alors il faut le faire de nouveau.

3/ Si ça ne marche pas, ne recommencez pas : faites autre chose

Les problèmes ont manifestement des propriétés qui font qu’ils s’entretiennent eux-mêmes.

Si l’on arrive à aucun progrès en quelques séances, cela indique à notre avis que le thérapeute fait désormais lui aussi partie de la situation qui pose problème et qu’il doit aussi faire autre chose. Des études ont montré que si 5 à 8 séances n’ont mené à aucun résultat, il est peu probable qu’il y en ait jamais.

LES POSTULATS

1er postulat

Parmi les plaintes des clients, il y a des comportements qui sont induits par l'image qu'ils se font du monde.

Le point de départ d'une plainte semble relativement modeste, même si les conséquences peuvent, elles, être plutôt disproportionnées. C'est un peu comme si les gens disaient : Soit je me comporte d'une manière ‘A' soit d'une manière ‘non-A'. Pour une raison quelconque, ou pour un ensemble de raisons, ‘A' semble être le bon choix (le plus logique, le meilleur, ou le seul possible) par conséquent, tout le reste (non-A) se trouve dans la même catégorie, et donc exclue.

2ème postulat

Ce qui fait que les plaintes des clients perdurent, c'est leur idée que ce qu'ils ont décidé de faire par rapport à la difficulté de départ était logiquement la seule chose à faire. A partir de là, les clients se comportent comme s'ils étaient contraints de faire plus de la même chose, cela à cause de l'autre partie de la proposition soit/soit qui a été rejetée ou interdite.

3ème postulat

Des changements minimaux sont nécessaires pour mettre en route le processus de résolution des plaintes et, une fois que le changement a commencé (ce qui constitue la tâche du thérapeute), d'autres changements créés par le client surviendront par effet boule de neige.

On peut ici proposer une règle simple : les clients utilisent souvent l'alternative Soit/Soit pour exposer leur plainte et, lorsque c'est le cas, il peut s'avérer utile pour le thérapeute de construire le problème en termes de A la fois/et.

4ème postulat

L'idée de ce qu'il faut changer se forme à partir de l'idée que se fait le client de ce que serait la réalité si la plainte en question n'existait pas. Au-delà de la situation spécifique, le thérapeute doit connaître la ou les significations que le client donne à ses difficultés. On peut fréquemment découvrir celle-ci en lui demandant comment il imagine la situation une fois le problème résolu.

5ème postulat

On peut se contenter de suggérer de nouvelles façons de voir. Et, un nouveau comportement s'appuyant sur n'importe quelle redéfinition du problème peut permettre au client de trouver une solution.

Une des tâches minimales (quoique ni simple, ni facile) que doit accomplir le thérapeute au cours de la 1ère séance, et peut-être aussi au cours des séances suivantes, est d'induire un doute dans l'esprit du client en ce qui concerne les points de vue qu'il adopte et les comportements qui en résultent.

6ème postulat

En thérapie brève, on veille à accorder une attention toute particulière au concept systémique de globalité (holisme) : un changement survenant au niveau d'un élément d'un système ou au niveau d'une des relations entre différents éléments de ce système, affectera les autres éléments et les relations qui, ensemble, forment le système.

''la Thérapie du Possible'' : Les Hypothèses de Bill O'Hanlon

Les clients ont des ressources et des points forts pour résoudre les problèmes

Souvent les clients, submergés par les difficultés de leur vie, perdent de vue leurs capacités à résoudre les problèmes. Ils peuvent simplement avoir besoin qu'on leur remette en mémoire des outils qu'ils possèdent déjà pour développer des solutions durables et satisfaisantes.

Le changement est permanent

Si vous supposez que le changement est permanent, vous vous comporterez comme si le changement était inévitable. De manière verbale ou non-verbale, vous communiquerez aux clients l'impression qu'il serait étonnant que leur problème puisse persister.

Les physiciens pensent que tout est fluctuation, les biologistes que nous créons sans cesse de nouvelles cellules dans notre corps. Pour nous, l'univers est un monde de changement. Les situations des gens changent en permanence, et c'est le regard qu'ils portent sur les situations qui reste le même quand ils signalent que rien n'a changé.

Le rôle du counselor est de repérer et d'amplifier le changement

"En tant que thérapeutes, nous avons un devoir. D'abord, celui d'être clair avec nous-mêmes; et ensuite de rechercher chez les autres tout signe de clarté et de leur en donner acte, et de les renforcer dans tout ce qui est équilibré chez eux." (G. Bateson 1972)

Il n'est pas indispensable d'en savoir beaucoup sur le problème pour le résoudre

Rassembler une information complète sur l'historique ne semble pas indispensable. On peut se contenter d'un minimum d'informations. Trop d'informations tue l'information.

On peut être bloqué car on a trop d'informations sur le problème et pas assez sur la solution.

Les thérapeutes orientés solutions attachent plus d'importance à ce que les clients font déjà et qui s'avère efficace, qu'au recueil détaillé des informations sur le problème.

Il y a beaucoup à apprendre des exceptions, de ces moments où le problème qui amène les clients n'est pas gênant. On doit identifier tous les éléments qui singularisent ces moments d'exception, et apprendre au client à reproduire, encore et encore, ce qui marche déjà, de manière à se débarrasser du problème.

Il n'est pas utile de connaître la cause ou la fonction d'un problème pour le résoudre

Nous n'acceptons pas la croyance selon laquelle les symptômes (ce que nous appelons les problèmes) servent des fonctions, que ce soit pour les individus, pour les relations interpersonnelles ou pour les familles.

"La pratique n'a jamais montré que l'élimination de symptômes mène inévitablement à une rupture au sein de la famille ou de nouveaux symptômes chez d'autres membres de la famille. La réaction la plus courante des familles à l'amélioration de ses membres est un soulagement...

Par contre, un thérapeute qui croit que les symptômes servent des fonctions peut réellement encourager la rupture de la famille...

Le problème le plus sérieux avec la notion de fonction des symptômes, est qu'elle peut devenir une prophétie anti-thérapeutique et auto-validante" (James Coyne, 1985)

Un petit changement est la seule chose qui soit nécessaire

Un changement dans une partie du système peut entraîner des changements dans une autre partie du système. Dès qu'un petit changement positif est obtenu, les gens se sentent un peu plus optimistes, un peu plus confiants pour s'attaquer à d'autres changements.

Les clients définissent les objectifs

Nous ne croyons pas qu'il y ait une unique manière "juste" ou "valable" de vivre sa vie. Nous en sommes venus à accepter que ce qui pouvait être un comportement intolérable pour une famille donnée ou pour une personne en particulier, était un comportement tout à fait convenable dans un autre contexte.

C'est donc au client de fixer les objectifs du traitement.

Nous ne croyons pas qu'un "vrai problème" soit à l'origine des plaintes de nos clients, pas plus que nous ne croyons que les thérapeutes soient mieux placés pour décider de la façon dont les clients devraient vivre leur vie. Nous demandons donc à ceux qui viennent nous consulter d'établir eux-mêmes les objectifs du traitement.

On peut obtenir des changements rapides ou résoudre rapidement des problèmes

Nous pensons qu'à la suite de notre interaction au cours de la première séance, nos clients acquièrent une vue nouvelle de leur situation, plus productive, plus optimiste.

La moyenne des traitements est en dessous de 10 séances, plutôt entre 4 et 5.

Il n'y a pas de façon juste de voir les choses

Différents points de vue peuvent être tout aussi valables et s'adapter aussi bien aux faits. Nous ne croyons pas qu'il y ait un point de vue plus correct que les autres, par contre nous croyons qu'il existe des points de vue plus ou moins utiles. C'est-à-dire que l'opinion des gens vis-à-vis de leurs problèmes augmente ou diminue les chances de voir émerger des solutions. Les points de vue qui bloquent le client sont tout simplement inutiles.

L'intérêt est centré sur ce qui est réalisable et qui peut être changé plutôt que sur ce qui est inaccessible et qui ne peut être changé.

Nous travaillons sur des objectifs bien définis et réalisables dans un délai raisonnable.

Retour en haut de page

Coaching